Oui, je prépare des aliments pour bébés les week-ends. Ne me jugez pas

Rejoignez notre discussion sur la façon d’élever des mangeurs sains et heureux cette semaine sur le fil

L’auteur avec son fils

Il y a neuf mois, je suis devenu papa. Je suis un gars inquiet en général, mais cette situation parentale présentait une foule de nouveaux problèmes: serais-je capable de protéger mon fils? Serait-il en bonne santé? Et, après avoir suivi de près ces questions de survie, se transformerait-il en un de ces enfants de 8 ans qui insistait pour un menu rotatif de doigts de poulet, de mac n ‘cheese et de PB & J? Je sais je sais. Même je roule des yeux. Mais écoutez-moi: quand je grandissais, manger était la seule chose qui unissait ma famille. Nous avons tous adoré la nourriture, malgré la brève phase anti-pomme de terre de ma sœur. Comme enfants, nous avons mangé des tonnes de fruits de mer, des classiques italo-américains, des légumes du jardin, principalement parce que nous en étions obligés. Ma mère n’a pas joué cuisinier à commande courte. Nous nous sommes tous assis et avons mangé la même chose ensemble.

Je voulais ça.

Donc, avant que mon fils puisse manger de la “nourriture”, je lisais des livres et des blogs sur les bébés et la nourriture. J’ai demandé conseil à mes amis et collègues. J’ai pensé à pourquoi c’était même un problème. Après tout, il n’ya probablement pas de littérature qui incite les Indiens à essayer des légumes. Droite? Et quand la marque des six mois a roulé et qu’il pouvait manger de la nourriture solide, j’ai plongé dans.

Ces jours-ci, je passe quelques heures chaque week-end à préparer ce que je suppose est un “aliment pour bébé”: principalement des purées de légumes, de viande et de poisson qu’il peut manger. En fait, je cuisine plus pour lui que pour moi et ma femme. Voici quelques-uns de ses (mes?) Favoris:

-Courge coupée en cubes et rôtie à l’huile d’olive avec une pincée de cumin

-Carottes sautées au beurre, puis mijotées avec du jus d’orange et une pincée de curry

-Poisson cuit à la vapeur (le tilapia est bon pour ce genre de chose) avec des épinards sautés à l’huile d’olive

-Bette à carde ou kale cuit à la vapeur, avec un filet de jus de citron

-Poitrines de poulet désossées et pochées sans peau avec poireaux sautés et pomme

-Lentilles mijotées avec des carottes et des oignons

-Betteraves. Le gamin adore les betteraves cuites à la vapeur

Je les mets en purée avec du bouillon de poulet (protéines!) Et parfois, je mélange un peu de kéfir ou de yogourt nature (plus de protéines!). Craignant d’avoir la dent sucrée de sa mère (pardon, chérie), je reste à l’écart des sucreries – pas de fruits droits, à l’exception d’une sauce à la pomme maison à laquelle il semblait étrangement indifférent. Et allez comprendre, le gamin semble aimer à peu près tout. Principalement, je suppose, parce qu’il ne SAIT PAS que ne pas aimer est une option.

Nous verrons ce qui se passera s’il obtiendra sa propre volonté et mettra une crise – et très probablement une poignée de choux de Bruxelles – à la table.. —Scott DeSimon

Loading...